Home Non classé Médecine douce : le CBD comme nouvelle alternative

Médecine douce : le CBD comme nouvelle alternative

815
0
SHARE

Les médecines douces sont souvent associées, et parfois à tort, à des pratiques essentiellement externes : l’ostéopathie, l’acupuncture, la réflexologie plantaire ou encore l’hypnose. Pourtant, en médecine traditionnelle, il est d’usage de considérer qu’une bonne santé vient avant tout de l’intérieur. En naturopathie par exemple, on vise à équilibrer le fonctionnement de l’organisme en misant sur les processus naturels de guérison et cela passe dans un premier temps par la manière dont on va nourrir notre corps. Ces dernières années, une substance aux vertus thérapeutiques avérées a connu un véritable essor : LE CBD. Zoom sur ce dérivé du chanvre qui fait fortement parler de lui. 

Le CBD qu’est-ce que c’est ? 

Comme tous les végétaux, la plante de cannabis est composée de plusieurs molécules. La plus connue d’entre elles, le THC, est illégale en France et recherchée par les consommateurs pour ses effets psychotropes. Le CBD, appelé aussi cannabidiol, est une seconde substance dérivée du cannabis. Cependant, cette dernière ne contient pas les effets psychoactifs du THC, ne provoque pas d’accoutumance et possède de nombreuses propriétés thérapeutiques. 

Propriétés thérapeutiques du CBD : 

– Anti-inflammatoire

– Anxiolytique

– Antioxydant

– Analgésique 

– Anticonvulsif

– Neuroprotecteur

– Riche en protéines

Concrètement, comment ça fonctionne ? 

L’être humain possède un système d’endocannabinoïdes logé au cœur de son système nerveux, lui même relié au cerveau. Lorsqu’il ingère des cannabinoïdes, comme le CBD, ces derniers s’accrochent à ces récepteurs et aident le cerveau à réguler certaines fonctions du corps. 

On recommande le CBD pour son pouvoir relaxant aux personnes anxieuses, insomniaques, sujettes à la dépression ou encore victimes de crises d’épilepsie. Ses effets analgésiques permettent de soulager les douleurs liées aux migraines ou à certaines maladies telles que la sclérose en plaques. Puissant anti-inflammatoire, on le recommande également pour soulager l’arthrite rhumatoïde. S’il n’est pas un remède à proprement parler, le CBD soulagerait aussi les patients atteints de la maladie de Parkinson, les personnes diabétiques et permettrait d’atténuer les effets secondaires de certains traitements, notamment de la chimiothérapie. 

Si l’utilisation du cannabis à des fins thérapeutiques est encore très controversée, on tend peu à peu vers une démocratisation de ses usages. En France, la commercialisation du CBD a dans un premier temps été interdite. Mais en novembre dernier, la Cour de Justice de l’Union Européenne s’est formellement opposée à l’interdiction de la commercialisation du cannabidiol en France, considérant cette décision comme illégale. Dans son arrêt, cette dernière souligne l’importance de faire la différence entre le CBD et le THD, précisant que le CBD n’a aucun effet psychotrope et ne peut donc être considéré comme un stupéfiant. Pour la CJUE, il est de l’ordre de la santé publique que de considérer le CBD comme une alternative possible à certains traitements.